Toute l'actualité

sur la naturopathie et le bien-être

Les édulcorants : alliés ou ennemis de la perte de poids ?



Pour parvenir à notre objectif de perte de poids, nous savons que les produits sucrés doivent être bannis de notre alimentation.

Et le recours aux édulcorants intenses artificiels, pour aider à réduire la charge glycémique et les apports énergétiques, semblent être une solution intéressante pour maintenir une alimentation agréable et préserver le goût sucré.

Mais les édulcorants sont-ils vraiment nos alliés pour nous aider à perdre du poids et donc, mincir ?

C'est ce que nous allons voir ensemble dans cet article !


Notons d'abord la définition de l'édulcorant, tout droit sortie du Larousse:

"Un édulcorant est une substance qui donne une saveur sucrée à un aliment."

Les industriels "surfant" sur la vague des produits allégés ont trouvé un intérêt à utiliser des édulcorants de synthèse dans leurs produits en remplacement du sucre, et pour cause, il coûte 2 fois moins cher !


En prônant le "sans sucre", ils attirent les milliers de personnes concernées par le surpoids qui pensent que le produit est sans danger.


💡Pour info : Le règlement, entré en vigueur en janvier 2010, exige que si un édulcorant est utilisé dans la fabrication d'une denrée alimentaire, sa mention doit être apposée sur l'étiquette. Alors ouvrez l'oeil !

La législation européenne, précise également qu'aucun édulcorant ne peut être ajouté aux produits spécialement destinés aux nourrissons, aux bébés et aux enfants de - de 4 ans.

Parmi ces additifs, nous pouvons retrouver :


Les polyols, les sucres alcools :




Ils font partie de la catégorie des glucides sans pour autant provoquer de pics de glycémie. On le retrouve également, naturellement, en petites quantités dans les pruneaux, les cerises, les pommes...

Ils regroupent le mannitol, le xilytol, le sorbitol, le lactitol, l'isomalt, le sirop de maltitol, etc....

Leur pouvoir sucrant est légèrement plus faible que celui du sucre.

Nous pouvons retrouver ce genre d'édulcorants industriels dans les confiseries, les médicaments et les chewing-gums sous le nom de sorbitol et mannitol, attention, une consommation excessive a un effet laxatif !


L'Acésulfame K, E950 :


C'est un édulcorant intense de synthèse dont le pouvoir sucrant est environ 200 fois plus élevé à celui du saccharose (le sucre blanc), il fait partie des 3 édulcorants intenses les plus employés par l'industrie agro-alimentaire avec le sucralose et l'aspartame.


Selon l'EFSA , l'Autorité européenne de sécurité alimentaire, le risque de cancérogénicté de l'Acésulfame K est écarté, mais certains chercheurs remettent en question la fiabilité des études prises en compte !


La vigilance est de mise...


Les Saccharines E954 et le Cyclamate E952 :


Il a été démontré que des concentrations élevées de ces 2 substances dans l'alimentation des rats, a induit le développement de tumeurs de la vessie.


En raison des résultats, l'utilisation de cyclamates a été interdite dans plusieurs pays dont les Etats-Unis et l'utilisation de la saccharine doit inclure une déclaration de qualification concernant ses risques potentiels pour la santé.


L'Aspartame :


En 2013, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a jugé que même parmi les personnes les plus vulnérables, l'aspartame et ses sous-produits sont sans danger pour la consommation humaine aux niveaux d'utilisation actuels.

Pendant des décennies, ce point de vue a suscité la controverse.


Dans une étude publiée en 2017, il a été prouvé que la consommation d'Aspartame peuvent possiblement provoquer des symptômes neurophysiologiques comme des céphalées, problèmes d'apprentissage, convulsions, anxiété, dépression, insomnie... à cause de leur entrave aux neurotransmetteurs.


La consommation d'Aspartame doit être abordée avec prudence en raison d'un manque de données suffisantes.


En conclusion :


La consommation de substituts de sucres a été impliquée dans la perturbation de mécanismes de régulation de l'appétit, pouvant ainsi conduire à un apport calorique accru et à une prise de poids ultérieure.


A la question de savoir quelle est la meilleure option entre la consommation de sucres ou de substituts de sucres, la réponse est AUCUNE.


Il n'y a pas suffisamment de preuves supportant que l'utilisation d'édulcorants soit sans conséquence sur la santé métabolique et physiologique.


La consommation de sucres libres et ajoutés, est clairement associée à des effets néfastes pour la santé.


Le + bénéfique pour la santé est de réduire progressivement la consommation quotidienne de sucres, tout en consommant des aliments et des boissons non raffinés et non transformés, sachant que scientifiquement parlant, il faut 66 jours pour former une nouvelle habitude de vie !

Alors, pourquoi pas s'y mettre...



Pour vous aider à gérer vos émotions et ne plus les manger, découvrez mon ebook (clic sur la photo pour en savoir plus)




Sources : https://www.edulcorants.eu/sante-et-securite/edulcorants-et-securite/legislation/

https://www.quechoisir.org/comparatif-additifs-alimentaires-n56877/e950-acesulfame-potassium-acesulfame-k-p224205/#:~:text=Caract%C3%A9ristiques%20E950%20Ac%C3%A9sulfame%20potassium%2C%20Ac%C3%A9sulfame%20K&text=Il%20est%20employ%C3%A9%20au%20sein,l'ac%C3%A9sulfame%20K%20est%20%C3%A9cart%C3%A9.

https://www.quechoisir.org/comparatif-additifs-alimentaires-n56877/e951-aspartame-p224209/

https://ehp.niehs.nih.gov/doi/abs/10.1289/ehp.877553

https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/1028415X.2017.1288340?journalCode=ynns20

https://www.medecinesciences.org/en/articles/medsci/full_html/2020/05/msc190335/msc190335.html#R48

La Créatrice

Partenaire

Newletter

Sandra Mao

Conseillère en naturopathie

Praticienne massage bien-être

81200 Aussillon, Tarn, Occitanie