Toute l'actualité

sur la naturopathie et le bien-être

La méthode Fodmap : kézako ?

Mis à jour : juil. 9

Dans cet article, vous connaîtrez :

  • l' origine de la méthode Fodmap

  • la signification de l'acronyme Fodmap

  • le concept de la méthode

  • la méthode Fodmap en 3 étapes en détail

  • son efficacité prouvée sur le syndrome de l'intestin irritable


Origine


La méthode Fodmap est née à l'Université Monash en Australie de deux professeurs gastro-entérologues Peter Gibson et Susan J Sheperd.


L'équipe Monash a entrepris la première recherche pour déterminer si un régime pauvre en FODMAP améliorait le contrôle des symptômes chez les patients atteints du syndrome de l'intestin irritable et a prouvé le mécanisme par lequel la méthode a exercé ses bienfaits.


Acronyme

Le concept FODMAP a été publié pour la première fois en 2005 dans le cadre d'un document d'hypothèse.


Dans cet article, il a été proposé qu'une réduction collective de l'apport alimentaire de tous les glucides indigestes ou lentement absorbés à chaîne courte minimiserait les ballonnements et les douleurs intestinales.


Cela a été proposé pour réduire la stimulation du système nerveux intestinal et fournir les meilleures chances de réduire les symptômes chez les personnes atteintes du Syndrome de l'intestin irritable.


Si vous n'avez pas encore lu mon super article, c'est le moment : syndrome de l'intestin irritable.


À l’époque, il n’existait pas de terme collectif pour les glucides indigestes ou à absorption lente à chaîne courte, c'est pourquoi le terme «FODMAP» a été inventé pour améliorer la compréhension et faciliter la communication du concept.


FODMAP est un acronyme qui signifie Oligo-di-monosaccharides et polyols fermentescibles.


Concept


S'appuyant sur des preuves provenant de nombreuses études sur de nombreuses années, montrant que la restriction de certains glucides à chaîne courte (lactose, fructose, sorbitol, fructanes et GOS) a amélioré les symptômes du syndrome de l'intestin irritable (liens des études en pied de page), le concept FODMAP a été proposé.


Les FODMAP se trouvent dans une large gamme d'aliments :


  • Fructanes : Trouvés principalement dans le blé, le seigle, les oignons et l'ail...

  • Galacto-oligosaccharides (GOS) : Trouvés principalement dans les légumineuses / haricots / légumineuses...

  • Lactose : Présent dans les produits laitiers, comme le lait, le fromage à pâte molle , les yaourts...

  • Sucres polyols (sorbitol et mannitol) : Trouvés dans certains fruits et légumes, et ajoutés à des produits diététiques / à faibles calories (p. Ex. Sucettes, chewing-gums, boissons gazeuses...)

  • Excès de fructose : Se trouve principalement dans le miel, les pommes...

Méthode en 3 phases


La méthode FODMAP est une méthode en 3 phases, dont le principal objectif est de trouver un équilibre entre un bon contrôle des symptômes et l'expansion de la méthode.

Un accompagnement par un naturopathe formé à la méthode Fodmap est indispensable afin d'éviter les carences alimentaires et les perturbations de microbiote.


Étape 1


Phase 1 - Régime pauvre en FODMAP (2-6 semaines*)


Le but est d'identifier les individus sensibles au FODMAP et d'induire un soulagement des symptômes en ne consommant principalement des aliments faibles en Fodmap.


* La recommandation de 2 à 6 semaines est basée sur des études qui ont observées une amélioration des symptômes dans les 3 à 4 semaines suivant le régime de phase 1 et les recommandations des lignes directrices cliniques .


Etape 2


Phase 2 - Réintroduction du FODMAP (6-8 semaines *)

Le but est d'identifier les sensibilités aux sous-groupes FODMAP individuels (excès de fructose, lactose, GOS, fructanes, mannitol et / ou sorbitol).

Des défis alimentaires par étapes (en utilisant des aliments contenant des quantités modérées puis élevées d'un seul sous-groupe FODMAP à la fois) sont utilisés pour déterminer quels sous-groupes FODMAP sont tolérés et lesquels ne le sont pas.


* La recommandation de 6 à 8 semaines est basée sur l'expérience clinique montrant qu'il faut environ ce temps pour relever tous les défis du FODMAP.


Étape 3


Phase 3 - Personnalisation FODMAP

L'objectif est de libéraliser les restrictions, d'élargir le régime alimentaire et d'établir un régime FODMAP «personnalisé» à long terme.

Le but étant de comprendre quels FODMAP sont tolérés et lesquels déclenchent des symptômes.


La gravité des symptômes du syndrome de l'intestin irritable et la tolérance au FODMAP peuvent changer au fil du temps, il est donc recommandé de relever des défis continus pour déterminer si des aliments restreints peuvent être inclus dans l'alimentation pour cela un accompagnement est souvent nécessaire afin de faire le point.



Efficacité


De nombreuses études ont montré qu'un régime pauvre en FODMAP améliore globalement les symptômes, la gravité des symptômes et la qualité de vie chez les personnes atteintes du syndrome de l'intestin irritable, par rapport à un régime occidental typique.


70% des participants aux différentes études sur le sujet ont montré une amélioration des symptômes et les symptômes ont été réduits de moitié !


Le méthode alimentaire peut également améliorer les symptômes fonctionnels chez les personnes atteintes de maladies inflammatoires intestinales comme la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse.


Application mobile


L'équipe Monash a également mis en place un programme d'analyse des aliments rigoureux pour mesurer le contenu FODMAP d'une large sélection d'aliments australiens et internationaux.

Il s'agit d'une application pour mobile ou tablette, régulièrement mis à jour par l'université australienne.

En revanche, elle est payante et tous les achats d'application sont reversés à l'équipe Monash pour aider à la recherche sur le syndrome de l'intestin irritable.



La consommation de FODMAP faibles devrait plutôt être limitée pendant 2 à 6 semaines, sous la direction d'un naturopathe expérimenté, libéralisée à un niveau qui offre un équilibre entre un soulagement des symptômes et un régime nutritionnellement adéquat et minimalement restrictif.

Etant formée à la méthode Fodmap par l'université Monash, je peux vous accompagner dans cette méthode, si vous êtes diagnostiquée par un médecin dans un trouble fonctionnel intestinal .


Si vous souhaitez en savoir plus sur mes accompagnements individuels, rendez-vous ici



Sources : Evans, P.R., et al., Fructose-sorbitol malabsorption and symptom provocation in irritable bowel syndrome: relationship to enteric hypersensitivity and dysmotility. Scand J Gastroenterol, 1998. 33(11): p. 1158-63

Gibson, P.R. and S.J. Shepherd, Personal view: food for thought--western lifestyle and susceptibility to Crohn's disease. The FODMAP hypothesis. Aliment Pharmacol Ther, 2005. 21(12): p. 1399-409.

Cann, P.A., et al., Irritable bowel syndrome: relationship of disorders in the transit of a single solid meal to symptom patterns. Gut, 1983. 24(5): p. 405-11.

Dear, K.L., M. Elia, and J.O. Hunter, Do interventions which reduce colonic bacterial fermentation improve symptoms of irritable bowel syndrome? Dig Dis Sci, 2005. 50(4): p. 758-66.

King, T.S., M. Elia, and J.O. Hunter, Abnormal colonic fermentation in irritable bowel syndrome. Lancet, 1998. 352(9135): p. 1187-9.

Cummings, J.H. and G.T. Macfarlane, Gastrointestinal effects of prebiotics. Br J Nutr, 2002. 87 Suppl 2: p. S145-51.

Marciani, L., et al., Postprandial changes in small bowel water content in healthy subjects and patients with irritable bowel syndrome. Gastroenterology, 2010. 138(2): p. 469-77, 477 e1.

Briet, F., et al., Symptomatic response to varying levels of fructo-oligosaccharides consumed occasionally or regularly. Eur J Clin Nutr, 1995. 49(7): p. 501-7.

Stone-Dorshow, T. and M.D. Levitt, Gaseous response to ingestion of a poorly absorbed fructo-oligosaccharide sweetener. Am J Clin Nutr, 1987. 46(1): p. 61-5.

Wagner, J.R., et al., Hydrogen production in the rat following ingestion of raffinose, stachyose and oligosaccharide-free bean residue. J Nutr, 1976. 106(4): p. 466-70.

Clausen, M.R., J. Jorgensen, and P.B. Mortensen, Comparison of diarrhea induced by ingestion of fructooligosaccharide Idolax and disaccharide lactulose: role of osmolarity versus fermentation of malabsorbed carbohydrate. Dig Dis Sci, 1998. 43(12): p. 2696-707

Ong, D.K., et al., Manipulation of dietary short chain carbohydrates alters the pattern of gas production and genesis of symptoms in irritable bowel syndrome. J Gastroenterol Hepatol, 2010. 25(8): p. 1366-73.

Halmos, E.P., et al., A diet low in FODMAPs reduces symptoms of irritable bowel syndrome. Gastroenterology, 2014. 146(1): p. 67-75 e5

Gearry, R.B., et al., Reduction of dietary poorly absorbed short-chain carbohydrates (FODMAPs) improves abdominal symptoms in patients with inflammatory bowel disease-a pilot study. J Crohns Colitis, 2009. 3(1): p. 8-14

Barrett, J.S., et al., Dietary poorly absorbed, short-chain carbohydrates increase delivery of water and fermentable substrates to the proximal colon. Aliment Pharmacol Ther, 2010. 31(8): p. 874-82.

Lomer MC. Review article: the aetiology, diagnosis, mechanisms and clinical evidence for food intolerance. Aliment Pharmacol Ther 2015;41:262-75.

McKenzie, Y.A., et al., British Dietetic Association systematic review and evidence-based practice guidelines for the dietary management of irritable bowel syndrome in adults (2016 update). J Hum Nutr Diet, 2016. 29(5): p. 549-75

Tuck, C.J., et al., Fermentable oligosaccharides, disaccharides, monosaccharides and polyols: role in irritable bowel syndrome. Expert Rev Gastroenterol Hepatol, 2014. 8(7): p. 819-34.

Staudacher, H.M., et al., Fermentable carbohydrate restriction reduces luminal bifidobacteria and gastrointestinal symptoms in patients with irritable bowel syndrome. J Nutr, 2012. 142(8): p. 1510-8.

Chumpitazi, B.P., et al., Randomised clinical trial: gut microbiome biomarkers are associated with clinical response to a low FODMAP diet in children with the irritable bowel syndrome. Aliment Pharmacol Ther, 2015. 42(4): p. 418-27.

Marsh A, Eslick EM, Eslick GD. Does a diet low in FODMAPs reduce symptoms associated with functional gastrointestinal disorders? A comprehensive systematic review and meta-analysis. Eur J Nutr. 2015.

Whigham, L., et al., Clinical effectiveness and economic costs of group versus one-to-one education for short-chain fermentable carbohydrate restriction (low FODMAP diet) in the management of irritable bowel syndrome. J Hum Nutr Diet, 2015.

de Roest, R.H., et al., The low FODMAP diet improves gastrointestinal symptoms in patients with irritable bowel syndrome: a prospective study. Int J Clin Pract, 2013. 67(9): p. 895-903.

Biesiekierski, J.R., et al., No effects of gluten in patients with self-reported non-celiac gluten sensitivity after dietary reduction of fermentable, poorly absorbed, short-chain carbohydrates. Gastroenterology, 2013. 145(2): p. 320-8 e1-3.

Muir, J.G., et al., Measurement of short-chain carbohydrates in common Australian vegetables and fruits by high-performance liquid chromatography (HPLC). J Agric Food Chem, 2009. 57(2): p. 554-65.

Roberfroid, M.B., J.A. Van Loo, and G.R. Gibson, The bifidogenic nature of chicory inulin and its hydrolysis products. J Nutr, 1998. 128(1): p. 11-9.

Gibson, G.R., A.L. McCartney, and R.A. Rastall, Prebiotics and resistance to gastrointestinal infections. Br J Nutr, 2005. 93 Suppl 1: p. S31-4.

Muir, J.G., et al., Fructan and free fructose content of common Australian vegetables and fruit. J Agric Food Chem, 2007. 55(16): p. 6619-27.

Biesiekierski, J.R., et al., Quantification of fructans, galacto-oligosacharides and other short-chain carbohydrates in processed grains and cereals. J Hum Nutr Diet, 2011. 24(2): p. 154-76.







La Créatrice

Partenaire

Newletter

Sandra Mao

Conseillère en naturopathie

Praticienne massage bien-être

81200 Aussillon, Tarn, Occitanie